Nos medecins

Dr Jean Paul CAMUSET - Dr François COGNET - Dr Etienne DE MONTCLOS - Dr Grégory FAVROLT - Dr Valérie FRAPPIER - Dr Denis JACOB - Dr Aurélien LAMBERT - Dr Stéphanie SCHIFANO - Dr Nicolas VIGNON

imagerie point médical

Rond-point de la Nation
21000 DIJON

03 80 70 38 69

Fax : 03 80 70 38 68

imagerie.medical@im2p.fr

Du lundi au vendredi de 8h à 12h45 et de 13h30 à 18h30
Le samedi de 8h à 12h.

Urographie intra-veineuse - Déroulement

Déroulement de l'examen d'urographie intra-veineuse

L’examen se fait en position allongée, sur une table de radio.
On met en place un petit cathéter (tube souple) dans une veine, souvent au pli du coude, pour injecter le produit iodé. Puis on prend plusieurs clichés radiographiques.

La durée de cette première partie d’examen est d’environ 30 minutes.

L’examen d'urographie intra-veinseuse comporte souvent une deuxième partie, 1 à 2 heures après les premiers clichés, le temps que la vessie se remplisse et qu’il vous soit possible d’uriner pendant la prise de clichés pour étudier l’urèthre.
Vous pourrez dans l’intervalle vous restaurer et boire.

Quel produit utilise-t-on et que ressentirez-vous ?

Un produit à base d’iode, opaque aux rayons X, sera utilisé. Il sera choisi par le médecin radiologue en fonction des informations que vous aurez données sur votre état de santé avant l’examen urographique.

Vous ne ressentirez aucune douleur dans l’immense majorité des cas. Cependant, il n’est pas rare de ressentir une sensation de chaleur au moment de l’injection, ou encore un goût bizarre dans la bouche.

Y a-t-il des risques liés à l’injection ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.

L’injection est un acte très courant, habituellement très bien toléré.
Cependant, comme avec d’autres médicaments, des réactions peuvent survenir :

  • La piqûre peut provoquer la formation d’un petit hématome sans gravité, qui se résorbera spontanément en quelques jours.
  • Lors de l’injection, sous l’effet de la pression, il peut se produire une fuite du produit sous la peau, au niveau de la veine. Cette complication est rare (un cas sur plusieurs centaines d’injections, généralement sans suites graves), et pourrait nécessiter exceptionnellement un traitement local.
  • L’injection de produit iodé peut entraîner une réaction d’intolérance. Ces réactions imprévisibles sont plus fréquentes chez les patients ayant déjà eu une injection mal tolérée d’un de ces produits ou ayant des antécédents allergiques. Elles sont généralement transitoires et sans gravité.
  • Elles peuvent être plus sévères, se traduire par des troubles cardio-respiratoires et nécessiter un traitement. Les complications réellement graves sont rarissimes ; pour votre information, le risque de décès est de moins d’un cas sur 100 000, soit 14 fois moins que le risque d’être tué dans l’année lors d’un accident de la route.
  • Des accidents rénaux, également liés au produit iodé, sont également possibles, notamment chez certains sujets atteints de maladies fragilisant le rein (insuffisance rénale chronique, diabète avec insuffisance rénale, etc).
  • Des modalités particulières seront observées en cas de facteurs de risques particuliers, qui seront identifiés au moment du dialogue entre l’équipe et vous. Dans tous les cas, si vous pensez avoir un facteur de risque, vous devez le signaler au moment de la prise de rendez-vous.